Recherche pour :
Les 5 critères essentiels pour sélectionner un fournisseur de services de datacenter pour votre infrastructure numérique
Par Dominique Fourrier, Directeur des Opérations Services Vertiv France

Attention, spoiler : le taux horaire ne figure pas sur la liste !

L’interruption de service, tel est le cauchemar de chaque fournisseur de datacenter. Si l’on veut éviter toute la perte de données, il est donc primordial d’entretenir et de maintenir correctement toute infrastructure numérique critique, y compris les onduleurs (ASI) et les climatiseurs de précision qui fonctionnent ensemble pour garantir la continuité de l’activité de toute entreprise. 

Les temps d’arrêt pouvant coûter des milliers d’euros à une entreprise chaque minute, il est tout à fait logique de faire appel à des fournisseurs de services de datacenter professionnels pour éviter de telles catastrophes. Pour autant, la première question que se posent de nombreux décideurs lorsqu’il s’agit de l’achat de services est : « Combien cela va-t-il coûter ? ».

Si le prix est certes important, il ne figure pas dans le Top 5 des critères à prendre en compte lorsque l’on choisit de confier à un fournisseur la maintenance des équipements vitaux de notre datacenter. 

D’autres points clés, qui influent sur le taux horaire et qui à long terme contribueront à réduire les coûts de fonctionnement de votre entreprise, sont à évaluer :

La réactivité du fournisseur de services de datacenter 

N’oublions pas que les temps d’arrêt coûtent des milliers d’euros chaque minute. En cas d’urgence, une intervention quasi immédiate de la part d’un fournisseur de services pouvant être nécessaire. Il est donc important de choisir un fournisseur se trouvant à une distance raisonnable du site et offrant un temps de réponse garanti au sein de la zone desservie. Comme les sinistres sont imprévisibles, un service d’urgence 24h/24, 7j/7 est indispensable. Pour avoir une idée de la façon dont l’urgence sera traitée par le personnel qualifié et dans quels délais, les entreprises peuvent également vérifier les politiques de planification prioritaire. 

Le type de pièces utilisées et leur disponibilité 

Qu’il s’agisse d’un service d’urgence ou d’une maintenance préventive de routine du datacenter, des pièces adéquates font toute la différence concernant le fonctionnement de l’équipement. Ces pièces doivent être immédiatement disponibles, en particulier dans les situations d’urgence où le temps est littéralement de l’argent. Il est donc préférable d’opter pour un fournisseur disposant d’un stock important de pièces d’origine, jamais de pièces reconditionnées. De plus, il faudra s’assurer qu’il affiche un taux élevé de livraison de pièces dans les délais (un taux de 90 % ou plus de préférence). Cela devra prendre en compte le temps moyen de réparation (MTTR), qui doit évidemment être aussi court que possible pour permettre à l’entreprise d’être de nouveau opérationnelle, cela le plus rapidement possible. En fonction de l’âge de l’équipement d’infrastructure IT, il convient également de vérifier la disponibilité des pièces OEM obsolètes et/ou discontinuées.

Réalisation des mises à jour de firmware 

Pour les systèmes conçus et contrôlés numériquement récents, l’accès aux mises à niveau de firmware OEM est indispensable. Les mises à jour de firmware doivent être effectuées au cours des visites de maintenance préventive afin de s’assurer que l’équipement est toujours à jour et correctement entretenu. Bien que certains tiers proposent leur propre firmware, la seule façon d’optimiser les performances des équipements est d’effectuer des mises à niveau exclusives du fabricant. 

La formation des techniciens 

Chaque prestation de service introduit la possibilité d’une erreur humaine liée à cette prestation. Mais plus un fournisseur de services de datacenter est formé à votre équipement, les risques que ces erreurs se produisent sont moindres. Il est recommandé de vérifier si les techniciens sont soumis à une obligation de formation et/ou de formation continue. D’ailleurs, il est également important de vérifier si le fournisseur est spécifiquement formé à l’entretien de votre marque d’équipement. Idéalement, optez pour un fournisseur qui dispose d’un accès permanent aux dernières informations sur l’équipement que vous utilisez, y compris l’accès aux ingénieurs de conception de la marque, aux schémas techniques et aux spécifications.

La politique de sécurité et l’expérience en termes de sécurité du fournisseur de services 

En plus de la formation spécifique à l’équipement, les fournisseurs de services doivent disposer d’un programme de formation à la sécurité pour la réalisation de travaux à proximité d’équipements électriques. Vérifiez si le fournisseur a mis en place un programme de sécurité officiel. Un fournisseur disposant d’un programme continu de formation et de certification en matière de sécurité, ayant une expérience prouvée en la matière et ayant été récompensé pour cela de la part d’une organisation reconnue du secteur, est un fournisseur auquel vous pouvez faire confiance pour la réalisation de travaux sur vos équipements sensibles et critiques.

Compte tenu de la nature cruciale de votre infrastructure numérique et du rôle qu’elle joue pour maintenir votre entreprise opérationnelle, performante et rentable, le choix d’un fournisseur de services n’est pas à prendre à la légère. Si un fournisseur coche l’ensemble des cases, cela veut dire que l’équipement sur lequel vous comptez pour assurer le bon fonctionnement de votre entreprise est entre les meilleures mains possibles et que les services que vous achetez apporteront une valeur durable à votre entreprise.

[ Vertiv  propose un ensemble de solutions associant matériel, logiciels, analyses et services en continu, conçues pour garantir à ses clients un fonctionnement optimal et sans interruption de leurs applications critiques et capables d’évoluer au rythme de leurs besoins. Vertiv répond ainsi aux enjeux vitaux des datacenters, réseaux de communication et installations commerciales ou industrielles, grâce à son large portefeuille de solutions et de services dans la gestion de l’énergie, le refroidissement et l’infrastructure IT, dans le Cloud comme en périphérie de réseau.]

Des services de datacenter pour les TPE et PME sur les territoires – Laura THALMANN, Nexeren

Datacenter Proximity – Nexeren entend mettre l’accent sur des datacenters de proximité sur les territoires. Elle offre des services aux TPE/PME avec 5 datacenters certifiés Tier III et IV, HDS, ISO 27001, etc., en région Rhône-Alpes. Avec Laura THALMANN, Directrice Marketing Cloud et Datacenters de Nexeren.

Vers une éco-conception nécessaire des services numériques
Par Emmanuelle Olivié-Paul, fondatrice de AdVaes, cabinet spécialisé dans l’analyse prospective, le positionnement, la notation et l’accompagnement de prestataires de solutions numériques en matière d’usages raisonnés et responsables (RSE/CSR, ESG…).

Les actions conduites en matière de protection de l’environnement dans le secteur du numérique doivent être positionnées non comme une contrainte mais comme un facteur d’innovation des modèles d’affaires et des usages. L’éco-conception d’applications et de services numériques fait justement parti de ces nouvelles approches à adopter.

Le secteur du numérique est challengé aujourd’hui sur ses impacts environnementaux en matière de :

  • Fabrication des équipements : intégration de métaux rares et de composants plastiques, durée de vie, recyclage… ;
  • Consommation en énergie (empreinte carbone) et en eau ainsi qu’émissions de gaz à effet de serre (GES). Le numérique serait « responsable d’environ 2% du total des émissions de GES en France » ;
  • Traitement de fin de vie : le secteur du numérique serait à l’origine de 50 millions de tonnes de DEEE (voir réglementations associées).

L’équation est complexe pour tous les acteurs de l’écosystème du numérique face à l’explosion des usages, et en conséquence des infrastructures et des services associés. A titre d’exemple, le télétravail imposé pendant la période de confinement a fait croître drastiquement les usages de solution de vidéoconférence, gourmande en bande passante et en ressources dans le cloud.

Les questions récurrentes en regard sont les suivantes :

  • Quels sont les impacts effectifs environnementaux du numérique ?
  • Comment peuvent-ils être mesurés et suivis dans le temps ?
  • A combien s’élèvent-ils ? Quel est leur poids ?
  • Qui est concerné en priorité sur toute la chaîne de l’écosystème impliqué ?
  • Quelles sont les actions qui peuvent être rapidement mises en oeuvre et quels sont les investissements à plus long terme à consentir pour changer la donne ?
  • Quelles sont les technologies qui peuvent contribuer à améliorer la situation ?

Contrairement à d’autres secteurs d’activité aux impacts environnementaux très forts, le numérique peut faire valoir des apports en regard, et tout particulièrement grâce à ses nouveaux modèles comme celui du cloud computing (cf. rapport GESI SMART 2020) :

  • Mutualisation de ressources (serveurs, réseaux, services…) ;
  • Amélioration de la consommation énergétique avec l’avènement de centre de données de nouvelle génération ;
  • Déduplication possible de données pour réduire les capacités de stockage afférentes ;
  • Traitement au plus près de certaines données avec l’edge computing ;
  • Diminution des déplacements énergivores et à forte empreinte carbone grâce au recours à des services en ligne et à la dématérialisation de certains d’entre eux ;
  • Modèle basé sur l’économie de la fonctionnalité (usage de services).

Selon APL Data Center, le numérique responsable peut se décliner selon quatre axes :

  • Green for IT : il s’agit de toutes les actions conduites afin de réduire l’impact environnemental du système d’information (choix d’architectures, de fournisseurs, de modèles opératoires…) ;
  • Green by IT : le numérique est pourvoyeur de solutions technologiques qui aident à la transition environnementale et qui peuvent en réduire les impacts négatifs ;
  • Green by use : il est impératif de sensibiliser les utilisateurs de solutions numériques de leurs impacts environnementaux et de les inciter à adopter un usage raisonné même si le sujet est complexe en termes d’analyse et de démarche à conduire ;
  • Eco-conception : les enjeux environnementaux doivent être intégrés dès la conception des solutions numériques.

L’éco-conception s’inscrit dans une démarche durable qui implique de repenser la manière dont les applications et les services numériques sont conçus. Selon l’ADEME, il s’agit d’une “démarche préventive et innovante qui permet de réduire les impacts négatifs du produit, service ou bâtiment sur l’environnement sur l’ensemble de son cycle de vie (ACV), tout en conservant ses qualités d’usage”. Dans le cadre de la transition écologique numérique, un rapport d’information du Sénat prône de rendre obligatoire l’écoconception des sites publics et des plus grands sites privés.

L’éco-conception regroupe des domaines variés qui vont :

  • De la manière dont le code est produit et consommé ensuite (meilleure utilisation du cache, élimination des requêtes multi-serveurs, focus sur les besoins essentiels en termes de design des applications, minimisation du code, utilisation de formats spécifiques au web, décorrélation du front du back avec des approches de type « headless CMS »…) ;
  • Aux ressources informatiques mobilisées (au niveau de l’équipement qui sert d’interface pour accéder au service, des serveurs qui motorisent le service et stockent les données utiles, en termes de bande passante qui permet d’accéder au service…) ;
  • Au potentiel de réutilisation (cf. micro-services) et au faible impact en termes de maintenabilité dans le temps.

S’inscrire dans une démarche d’éco-conception numérique implique de modifier les manières de coder. Elle peut aussi favoriser des démarches plus ouvertes basées sur la réutilisation de briques préconfigurées et prêtes à l’emploi afin d’éviter de remobiliser des ressources déjà consommées. Avec la mise à disposition de bibliothèques de services applicatifs accessibles via des plates-formes, le modèle du cloud va dans ce sens et est une voie à considérer parmi d’autres.